La petite bio aux PIR


"PIR est le groupe que j'ai vraiment pu apprécier depuis ma surdité." 

Ludwig van Beethoven


PIR

pir_loulou

Alors au début on était trois, Loic (machines), Louis (batterie) et Jeannot (guitare/voix). Le son ne s'est jamais complètement stabilisé dans cette formation mais c'est là que le nom de PIR a été choisi, c'est l'inverse de RIP que l'on jugeait trop gothique par rapport à notre son et qui est l'acronyme de Répression de L'Ivresse Publique, vous savez les écriteaux dans les bars.

Arthur

Ensuite Nico est venu nous prêter main forte à la basse et Loic nous a quitté, enfin Arthur est arrivé à la voix et on a pu commencer à faire des concerts.

Mais la vie peut parfois faire sa chiennasse alors Louis est parti à Marseille histoire de ridiculiser le bruit des cigales en caressant délicatement sa batterie. Après avoir chialé pendant 6 bons mois, 2Brix s'est dévoué à notre cause de crétins et nous avons pu reprendre nos saines activités.

groupe

Histoire de laisser des traces ailleurs que sur les slips, avec Johan d'HBS (rue des petites écuries, Paris 10ème) on a enregistré 7 titres glorieux en deux jours, une bouteille de Jack et un frigo de binouzes (on a tout fini les bières du studio malgré l'incrédulité de Johan et non ça s'entend pas!). Précisons que le Jack n'était là que pour permettre à Arthur de se gargariser avant les fantastiques performances plus ou moins vocales qu'on entend quand on écoute le disque

tournage1

Comme la postérité nous méritait, nous avons aussi décidé de lui laisser, en plus de l'herpès, une œuvre vidéo-musicale (aussi appelée clip chez les anglophones) particulièrement édifiante. Pour honorer nos lieu de débauche éthylique, nous choisîmes une chanson à thème : Le Bistrot de G. Brassens que nous avons un peu torturée (la chanson pas Georges hein). Après avoir laborieusement établi une ébauche de scénario, nous nous mîmes en quête de quidams pour nous aider dans cette périlleuse aventure.

C'est cette réussite que vous pouvez aujourd'hui apprécier ici.